Qu’est ce que l’épuisement professionnel ?

Que l’on parle de surmenage, d’épuisement, de Burn-out, dans tous les cas, il s’agit d’un  épuisement de nos ressources physiques et morales lié à un sur-engagement personnel. Bien souvent associés au monde professionnel le surmenage, l’épuisement, le Burn-Out touchent aussi bien les hommes que les femmes et ceci dans tous les secteurs d’activités avec une prédilection pour les professions à forte composante humaine (Infirmières, médecins, enseignants, policiers, travailleurs sociaux….. Nous nous contenterons de l’appeler « Epuisement » et traiterons principalement de l’Epuisement Professionnel car l’épuisement familial existe bel et bien lui aussi.

L’épuisement professionnel est la conséquence d’une hyper-sollicitation de nos ressources physiques et mentales. La charge de travail demandée  est supérieure aux capacités de l’individu. Bien entendu, les individus ne sont pas en épuisement professionnel dès qu’une charge de travail trop importante se présente. L’épuisement professionnel s’installe de façon insidieuse, lentement sans faire de bruit. Certaines personnes ne s’en rendent même pas compte.

Quels sont en générale les signes d’un épuisement professionnel ?

Les signes d’un épuisement professionnel (surmenage, Burn-out) ne sont souvent pas pris très au sérieux par la victime. Pour elle, il s’agit juste d’une grosse fatigue passagère. Un gros coup de fatigue. Pourtant l’entourage, les collègues ont un tout autre avis et désignent souvent une personne devenue irritable, ayant de plus en plus de mal à contrôler ses émotions. Ils utilisent d’ailleurs souvent l’expression « pétage de plombs ». La personne victime d’un épuisement professionnel a de plus en plus de mal à s’adapter aux nouvelles situations auxquelles elle doit faire face. Ses attitudes deviennent négatives, et une perte d’énergie se fait sentir. L’individu a tendance à s’isoler de ses collègues. Elle est tendue, nerveuse et manifeste une hyperactivité inutile en passant de plus en plus de temps au travail sans réellement être productif. Le surmenage rend la personne plus vulnérable aux diverses infections telles que le rhum, les bronchites, les gastro-entérites, les maux de tête……

Cet épuisement entraîne une incapacité physique et mentale à fonctionner normalement.

Comment en arrivons-nous à ce stade ?

Nous avons vu que l’épuisement professionnel provenait de demandes, de sollicitations qui sont supérieures aux capacités de l’individu à fournir l’effort demandé.

Ces demandes, ces sollicitations, peuvent être externes et provenir d’une demande d’une tiers personne, d’un hiérarchique par exemple, d’un collègue. Certaines personnes sont dotées d’un véritable don et  sont devenus « maîtres » dans l’art de donner leur travail à faire aux autres. Ces individus vous vident de votre énergie. Mais ces sollicitations peuvent également provenir de la personne elle-même. C’est-à-dire que la personne possède une incapacité à se fixer des limites, ou possède un sens des responsabilités extrême qui vont contribuer à une hyperactivité engendrant une mise sous pression permanente menant à l’épuisement. C’est également parfois, le cas des personnes « perfectionniste » qui ont du mal à déléguer et qui assument une quantité de travail supérieure à ce qu’ils devraient assumer pour maintenir un équilibre.

La notion d’indispensabilité, inculquée dans certaines entreprises génère chez les employés une culpabilité, un sentiment de « perdre sa conscience professionnelle » s’ils ne répondent pas à leur chef qui les appelle entre deux bouchées de hamburger mangé entre deux rendez vous !

La compétition pour gravir les échelons, le désir de réussir à tout prix, les heures supplémentaires, les avancements, les promotions liées aux performances, le plaisir de se sentir compétent, d’appartenir à une équipe….. sont également générateurs de suractivité.

Les nouvelles technologies contraignent également bien des cadres à se maintenir disponibles. Les téléphones portables derniers cris sont capables de fonctionner comme de véritables ordinateurs. Les ordinateurs eux-mêmes devenus de plus en plus petits et performants se transportent partout. Les rames de TGV, les aéroports, les restaurants, sont tous équipés pour pouvoir travailler en dehors de l’entreprise. Bien entendu, je n’ai rien contre ces nouvelles avancées qui permettent de faciliter le travail. Mais pas au détriment de notre santé. Bon nombre de cadres, reçoivent leurs mails sur leur téléphone. L’individu, même s’il est en vacances, en week-end aura tendance à y répondre, à y jeter un coup d’œil au cas où….. Seulement, dans cette situation nous devenons aliénés et sommes taillables et corvéables à merci au détriment de notre santé.

Quel est le rôle du thérapeute

Les personnes qui consultent pour épuisement professionnel disent « subir leur travail ». Elles sont désorientées et ne savent plus comment faire face à la demande, soit des clients, soit de leur employeur, soit de leurs collègues. Elles disent avoir franchi les limites du raisonnable. Les individus victimes d’épuisement trouvent une grande difficulté à revenir en arrière. Les congés pris ne suffisent même plus à rétablir l’équilibre. Les victimes de l’épuisement professionnel sont, bien souvent submergées par leurs émotions et n’arrivent plus à faire face aux situations qui se présentent à elles. Bien souvent l’entourage familial souffre également de la situation.

Le thérapeute va  accompagner les personnes victimes d’un épuisement professionnel dans une démarche de prise de conscience, puis, en fonction des besoins de chacun, il analysera avec elles les ressources sur lesquelles elles peuvent s’appuyer pour retrouver un équilibre qui bien souvent est perturbé.

Au cours des séances il aidera les individus à identifier les éléments importants pour eux. Il aidera également à identifier et gérer les émotions ressenties et à prendre le recul nécessaire par rapport à la représentation associée. Il permettra aux personnes de rentrer en contact avec leurs valeurs profondes et à se fixer de nouveaux objectifs. Le thérapeute amènera la personne à adopter des comportements plus satisfaisants pour sa santé et son bien-être.